Collection de citations


Cette rubrique est évidemment liée à celle du contrôle de connaissances. Voici d'abord deux exercices empruntés au précieux cahier de M. Yves Maubant. Ils peuvent se présenter comme ici sous la forme d'une liste, mais on pourrait tout aussi bien envisager de les transformer en quizz, ou en flashcards.

A votre tour ! Collectionnez d'autres citations, inventez des dispositifs pour les situer et les mémoriser... et s'ils sont géniaux, n'hésitez pas à les partager...

 

Mélanie Thierry dans le film de B. Tavernier (2010)


 

Citations de la nouvelle de Mme de Lafayette


Constituez un parcours (ou un chemin) de citations. Identifiez bien les personnages dont il s’agit, le moment du récit, rétablissez les noms qui manquent.


  1. Madame de […] était une personne qui prenait autant de soin de faire éclater ses galanteries que les autres en prennent de les cacher.

  2. [...] s’en retourna à Champigny, pour achever d’accabler la princesse sa femme par sa présence.

  3. La honte est la plus violente de toutes les passions.

  4. L'on est bien faible quand on est amoureux.

  5. Qui n'a point senti le plaisir de donner une violente passion à une personne qui n'en a jamais eu, même de médiocre, peut dire qu'il ignore les véritables plaisirs de l'amour.

  6. Enfin la passion [de…] le portait si naturellement à ne songer qu’à ce qui pouvait augmenter le bonheur et la gloire de cette princesse qu’il oubliait sans peine les intérêts qu’ont les amants à empêcher que les personnes qu’ils aiment ne soient avec une si parfaite intelligence avec leurs maris.

  7. Ce fut le coup mortel pour sa vie : elle ne put résister à la douleur d’avoir perdu l’estime de son mari, le cœur de son amant, et le plus parfait ami qui fut jamais. Elle mourut en peu de jours, dans la fleur de son âge, une des plus belles princesses du monde, et qui aurait été sans doute la plus heureuse, si la vertu et la prudence eussent conduit toutes ses actions.

  8. Son ressentiment éclata bientôt, malgré les réprimandes du cardinal de Lorraine et du duc d’Aumale, ses oncles, qui ne voulaient pas s’opiniâtrer à une chose qu’ils voyaient ne pouvoir empêcher, et il s’emporta avec tant de violence, en présence même du jeune prince de Montpensier, qu’il en naquit entre eux une haine qui ne finit qu’avec leur vie.

  9. Enfin, après avoir bien cherché, elle jeta les yeux sur […], qu’elle comptait toujours pour son ami, sans considérer qu’il était son amant.

  10. Pendant que la guerre civile déchirait la France sous le règne de Charles IX, l’amour ne laissait pas de trouver sa place parmi tant de désordres, et d’en causer beaucoup dans son empire.

  11. Quoiqu'ils ne se fussent point parlé depuis si longtemps, ils se retrouvèrent pourtant accoutumés ensemble et leurs cœurs se remirent aisément dans un chemin qui ne leur était pas inconnu.

  12. Je ne comprends pas qu'il faille, sur le fondement d'une faiblesse dont on a été capable à treize ans, avoir l'audace de faire l'amoureux d'une personne comme moi, et surtout quand on l'est d'une autre à la vue de toute la cour.

  13. Le [...] en demeura accablé comme d’un coup de tonnerre. Il vit dans ce moment qu’il avait un rival aimé. Il comprit, par le nom de Madame, que ce rival était [...], et il ne put douter que la princesse sa sœur ne fût le sacrifice qui avait tendu la princesse de Montpensier favorable aux vœux de son rival. La jalousie, le dépit et la rage, se joignant à la haine qu’il avait déjà pour lui, firent dans son âme tout ce qu’on peut imaginer de plus violent, et il eût donné sur l’heure quelque marque sanglante de son désespoir, si la dissimulation qui lui était naturelle ne fût venue à son secours et ne l’eût obligé, par des raisons puissantes, en l’état qu’étaient les choses, à ne rien entreprendre contre le duc de Guise.

  14. Mme de Montpensier fit, le soir, les honneurs de chez elle avec le même agrément qu’elle faisait toutes choses. Enfin elle ne plut que trop à ses hôtes. Le […], qui était fort galant et fort bien fait, ne put voir une fortune si digne de lui sans la souhaiter ardemment : Il fut touché du même mal que M. […]

  15. Ce que le hasard avait fait pour rassembler ces deux personnes lui semblait de si mauvais augure qu'il pronostiquait aisément que ce commencement de roman ne serait pas sans suite.


 

Citations du film de Bertrand Tavernier


Attribuez ces répliques au(x) bon(s) personnage(s), complétez si nécessaire : quel moment, quels enjeux dramatiques ?  

  1. Soumettez-vous.

  2. Vous devez me céder. C’est votre devoir de m’obéir.

  3. L’amour est la chose la plus incommode du monde.

  4. M’aimerez-vous aussi, madame ? / Quand vous me le commanderez, monsieur.

  5. A la cour, tout le monde imite. Imitez.

  6. L’idée du péché, est-ce déjà pécher ? / L’idée sans l’envie, non.

  7. Asservis à des routes immuables, respectueux de la hiérarchie universelle qui maintient le faible dans l’orbite du fort sans jamais l’écraser, ils nous enseignent la simple obéissance aux lois d’équilibre et de modestie sans lesquelles d’effroyables collisions se produiraient, entraînant d’effroyables malheurs.

  8. Nous payons toujours trop cher le privilège de notre naissance.

  9. Mon absence n’a pas nui à votre beauté. / C’est votre retour qui me donne un peu d’éclat.

  10. Cette barque comme une estrade…

  11. Je vois, mon cousin, que tu as appris à mentir.

  12. S’il me demande, il me commande.

  13. Tu assassines qui tu veux de ta perfidie, mais sur elle, pas un mot fâcheux.

  14. Il y a deux puissances contraires sur vous, Saturne et Vénus.

  15. M… a repris feu pour moi, et j’en suis heureuse.

  16. Comment cela vous m‘attendiez ? Au lieu fixé ? Fixé par qui ?

  17. Ce n’est qu’un bonheur qui passe, comme l’hirondelle.

  18. Vous ne pouvez partager mes sentiments qui sont ceux d’un mari, d’un amant et d’un jaloux.

  19. Vous étiez au milieu de nous comme une biche au milieu du brame.

  20. Ils sont à Blois pour les contrats.

  21. La partie est jouée, Mariette.